Vous sortez dehors dans une noirceur familière, le vent frais vous caresse les joues, les feuilles tremblent en musique jusqu’à ressembler à une mélodie que vous connaissez. La lune est déjà haute, ça sent la fumée et le thym.

Cette terre sur laquelle vous avez posé vos rêves ne sera jamais réellement la vôtre mais vous savez qu’un lien puissant vous unit à elle et que vous êtes choyés, tous les deux. Elle vous fournit refuge, énergie et enseignements.

Vous en êtes le gardien, vous préservez son équilibre, vous cultivez toutes sortes de prières entre chaque pied de vigne. Comme un enfant qui ne sait pas encore différencier les étoiles des rires, vous vous émerveillez encore.

Cette année sera différente de celle d’avant, non pas en terme de travail accompli, mais en terme de langage. Votre vignoble est un médium à travers lequel vous racontez le monde. Bientôt, des raisins écloront comme autant de chose s à dire et vous mettrez en bouteille cette conversation remarquable, celle entre le creux de vos mains et la profondeur de votre pays.